L’ÉCOLO DU DIMANCHE

 

Il est grand temps de promouvoir le développement du râble !

Peter Rabbit

 

« Hier je rêvais naïvement d’un monde où l’homme pourrait vivre en harmonie avec la nature. Aujourd’hui, quand je me brosse les dents, je ne laisse plus couler l’eau du robinet pour sauver la planète (traduction littérale de l’anglais to save, faux-ami signifiant "protéger" ; aussi, Dieu ne sauve-t-il pas la reine…).

« Foin des hippies idéalistes et crasseux ! L’ère du Verseau est révolue : nous sommes entrés de plein pied dans l’Âge de la cyber Écologie tyrannique à force d’être proprette.

« Avant j’achetais ma piquette à 11° en vrac, chez le vigneron du coin. Il remplissait mes bidons en plastique (contenance 5 ou 10 litres) ; ça gazouillait aigrement dans le gosier, mais c’était bien sympa. Aujourd’hui, je bois du bout des lèvres un côtes-du-rhône industriel et sirupeux, ensuite de quoi, je crame quelques centilitres de super au volant de ma Mégane pour aller balancer mes bouteilles vides dans le conteneur à verre qui défigure le paysage à 3 km de chez moi.

« Quand j’étais ado, je dévorais des entrecôtes de bœuf saignantes avec un plaisir coupable, j’avais honte… Maintenant que je suis adulte, je chipote devant une assiette de tofu bio et j’en suis fier !

« Dans les années 80, la moumoute d’Antoine Waechter me faisait rigoler (je n’avais pas encore ma carte d’électeur). En ce début 2013, je suis à la fois terrorisé et fasciné par les lunettes d’Eva Joly (en plus, j’ai voté pour elle au premier tour des présidentielles).

« Au crépuscule du XXème siècle, nous faisions encore de grands feux de bois dans la cheminée, ça égayait les sinistres ponts du onze novembre. À l’aube du XXIème siècle, je passe le soir du 24 décembre devant Facebook en me gelant les couilles tout seul dans ma piaule : je n’allume pas mon radiateur de peur d’aggraver le réchauffement climatique. Aucun rapport, bien sûr, mais ça légitime ma radinerie.

« Avant je ne comprenais rien à l’art nègre, mais j’étais ému par l’étrangeté de certaines figures de reliquaires kota. Aujourd’hui j’achète sur eBay des sculptures "ethniques africaines" (en ignorant leur provenance et en n’y comprenant toujours rien…).

« Quand j’étais gosse, ma mémé faisait une bonne soupe de légumes avec les poireaux, oignons, carottes et autres pommes de terre que cultivait mon grand-père dans son potager, sans autre engrais qu’une pelletée de crottin de cheval (on mangeait "bio" sans le savoir et ça coûtait nib). Depuis que je suis grand, je dépense des sommes folles à Naturalia pour bouffer des vieux légumes terreux et peu ragoûtants…

« Avant j’croyais en rien. Aujourd’hui je n’y crois même plus… ».

 

SF

Illustration d'Adamov pour Histoires de voyage dans le temps, éditions du Livre de poche, 1984.